AMIS DU PATRIMOINE
POUDRIER ET PYROTECHNIQUE
English
     
Musée technique des poudres d'Armement de Sevran
 

plan d'accès

Un siècle d'histoire des poudres

La Poudrerie nationale de Sevran-Livry fonctionna tout juste un siècle, de 1873 à 1973. Elle compta jusqu'à 3300 ouvriers, produisit jusqu'à 28 tonnes de poudre par jour et fut le cadre de découvertes importantes. Toute cette histoire et celle des hommes qui la vécurent sont retracées par le musée de la poudrerie. On découvre le musée au détour d'une allée, dans le magnifique parc forestier de Sevran, qui ne propose au citadin promeneur pas moins de 116 hectares de bois et de pelouses. Abritées par un bâtiment conservé de l'ancienne usine, plus de 10 salles témoignent de l'importance stratégique du site de Sevran. De la poudre noire aux propergols solides, en passant par les cartouches de chasse.


Ouvrières de fabrication de poudre B photographiées en 1917

Un site protégé

les poudriers ont toujours entretenu avec soin la forêt qui les entourait. Les hauts arbres qui protégeaient alors des regards indiscrets et des projections en cas d'explosion accidentelle ont donné naissance au superbe parc national forestier, véritable ilôt de verdure en pleine ville

Poudres, explosifs et balistique

Le musée de la poudrerie accorde une place particulière à la poudre B, et à son inventeur, l'ingénieur Paul Vieille. La poudre B, ou poudre sans fumée, supplanta dès 1886 la poudre noire découverte avant l'ère chrétienne par les Chinois. Plusieurs salles présentent les outils de cette découverte et de celles qui suivirent dans les domaines de l'explosif et de la balistique. On peut y apprécier la précision des découpes effectuées par des cordeaux détonants, ou encore observer le résultat des essais d'explosifs dans des blocs de plomb.

Autopropulsion

A côté d'un laboratoire reconstitué, les techniques plus récentes sont également évoquées. On passe de l'application la plus simple comme le paragrêle à l'autoproulsion des missiles et du lanceur Ariane

Visite au pas poudrier

A travers une salle qui lui est réservée et tout au long du parcours, le poudrier est également à l'honneur. Un mannequin vêtu de sa combinaison de laine antifeu semble s'avancer au pas poudrier, ce pas lent adopté par les ouvriers qui manipulaient les produits les plus dangereux.

 
 


Jean Claude Adenis (à gauche) remet le prix de l'A3P à René Amiable, conservateur du Musée (à droite)

 


le "noyau dur" de l'équipe du Musée le 3 décembre 2002. De gauche à droite, au premier plan : R.Donzeau, M.Viallet, G.Bertin, au second plan : J.Dubar, J.Viallet, M.Leclercq

Quelques dates dans l'histoire du Musée technique des poudres de l'Armement
1969 fin des activités de production de poudres
1973 fin des activités du Laboratoire de la Commission des Substances Explosives
1982 inauguration du Musée de la poudrerie
1990 transformation du Musée de la poudrerie en Musée technique des poudres de l'Armement
2002 remise du prix de l'A3P à l'équipe d'animation du Musée

Les créateurs du Musée des Poudres de Sevran

Ils furent 4 à concevoir et à créer le musée de la poudrerie nationale de Sevran-Livry (dans l'ordre alphabétique) : R.Amiable, Jean Astruc, Marius Bœuf et Suzanne Rigal-Herbin.

Dernier directeur de la poudrerie et du Laboratoire de la CSE et chargé de leur liquidation, René Amiable fut le premier à lancer dès 1973 l'idée de créer un musée et il sauvegarda à cet effet de nombreux objets. Il associa Jean Astruc, Marius Bœuf et Suzanne Rigal-Herbin à son projet et c'est lui qui obtint en 1982 la mise à disposition de locaux appropriés par le ministère de la Défense.

Président de la Société Historique du Raincy et du Pays d'Aulnoye, Jean Astruc entreprit une importante recherche historique sur la poudrerie dans les archives du département de la Seine et Oise. Il rédigea de nombreux textes, notamment ceux qui garnissent la salle du musée consacrée à la création de la poudrerie. Frappé par l'état d'esprit des anciens de la poudrerie, c'est lui qui proposa d'inscrire au fronton du musée la devise : "Honneur et fierté des Poudriers."

Président du Foyer des Anciens de la Poudrerie Marius Bœuf mobilisa ses camarades pour réaliser l'aménagement des premières salles du musée et y installer les collections constituées. Il rassembla lui-même de nombreux objets et documents présentés dans la salle du musée consacrée aux activités sociales. Premier président de l'association des usagers du parc, c'est lui qui y créa la commission du musée et qui la présida pendant de longues années.

Responsable de l'antenne du STPE à Sevran, Suzanne Rigal-Herbin, qui était chimiste, rassembla de nombreux appareils de laboratoire et elle réalisa la salle du musée aménagée en laboratoire de chimie des poudres. Elle assura le secrétariat de la commission du musée les fonctions de conservateur du musée jusqu'à son décès survenu le 11 septembre 1992 après une longue maladie. Elle fit un legs au musée.


Les pionniers du Musée Technique des Poudres d'Armement de Sevran

R.Amiable
Jean Astruc
Marius Bœuf
Suzanne Rigal-Herbin

Lucien Durix
Pierre Manesse
André Parmentier
Georges Pottier
Fernand Leclaire
Gilbert Pfluger
Roger Judei
Pierre Glevarec
René Lanteri-Minet
Héliette Michaud
Jacqueline Kneis
Roger Geerts
Claudine Amiable
Dominique Rozan
 


haut de page